lundi 17 mars 2008

Concert 16 mars 2008 : Chuck Berry à L'Olympia

Me voici devant l'une des salles les plus mythique et légendaire de la scène française : L'Olympia.
Il y a du monde déjà qui attend le papy du rock rock'n'roll : Chuck Berry.

Je dois bien dire que le public est hétéroclite. On voit qu'il y a pas mal de soixante huitard, fan de Elvis et Johnny. J'ai pu aussi constater d'autres rockeurs endimanché par le temps (arf un jour ça sera mon tour!). Bref, leurs cœurs et âmes de rebels sont bien là mais habillés, endimanchés ou pour certain embourgeoisé par le temps. Qu'importe, on lisait bien au fond d'eux que l'espace d'un temps, grimés de leur cuirs, qu'ils allaient faire chauffer la salle comme à la bonne époque.

Quelques personnalités dans le public : Didier Barbelivien et Gérard Blanc. Peut être d'autres mais la chasse aux personnes connues n'est pas du tout mon truc.

Dans l'attente de la première partie l'ambiance chauffe un peu. Je prends place devant la scène en imaginant déjà le moment de bonheur que j'allais vivre.

Chuck Berry : la légende du rock'n'roll. Chuck (ou Charles => ca fait moins rock), né en 1926 (hé ouais il à 82 ans sur scène ! la grande classe)

1ère partie : Un groupe nommé Norig (voir leur site web)
Les papys (c'est tout à fait amicale lorsque je dis ça) s'agitent et le groupe Norig arrive.
Tout d'abord les musiciens : 1 contre-bassiste, 1 accordéon, 2 guitare jazz manouche vêtues de noirs et soudain une femme arrive, lentement, nappée de blanc. Elle chante les 1ères notes, reprise française à la sauce tzigane. Ouaouh !!!

Vraiment sympa. Deuxième reprise => excellentissime!!!

Après deux chants tzigane dont un dernier tout à fait spécifique qui te transportait dans un monde étranger.

La mise en place musicale de Norig est tout à fait surprenante mélangeant punch et finesse, douceur et rondeur. Quand à la chanteuse, elle s'appelle Norig. Sa voie peut surprendre mais dégage quelque chose qui nous retient à elle.

Entracte

2ème partie : La Légende Chuck Berry
Chuck Berry : la légende du rock'n'roll. Chuck (ou Charles => ca fait moins rock), né en 1926 (hé ouais il à 82 ans sur scène ! la grande classe).

Il arrive sur scène comme un jeune premier toujours avec sa vieille Gibson (là je l'envie). Je dois dire pour un mec de 82 ans, il dépote papy et ça fait du bien. Il est habillé avec sa même chemise à paillette et son pantalon patte def des années 70.
Il est accompagné d'un batteur, d'un guitariste (son fils), d'un bassiste et d'un pianiste.

Les premiers morceaux sont durs, pour lui, pour nous, pour ce qu'il représente. Les couacs fausses notes s'enchainent le laissant dans de durs moments de solitudes comme personne aimerait en vivre. Là je me dis "merde, il assure pas !!!" Çà va être comme ça pendant 1 heure !!!" mais non....

En fait, à chaque fois qu'il souhaitait envoyer un petit solo et qu'il merdait, j'en avais mal pour lui. Il y avait certainement de l'inattention, de la perte de mémoire (pourquoi pas !?!?!?!) et des doigts qui ne suivent peut être pas son esprit ou vice-versa.
A chaque fois que cela arrivait, chuck s'appuyait sur le 2ème guitariste (pas forcement excellent ou pas le type guitar héro) ou bien sur un très bon pianiste.
Le public retenait son souffle a chacun de ses riffs de guitare comme un public d'enfant regardant un funambule faire le grand saut.

4ème ou 5ème morceaux, Chuck envoie Johnny be good (voir ma vidéo) et là je dois dire qu'il avait retrouvé tous ses moyens. En fait, il était capable de passer d'un morceaux truffés de fausses notes à un swing de génie.

Il a ensuite tenue une très bonne scène, se jouant des gens (pour ça il a de l'humour), jouant avec un mec de la sécu (qui ne savait pas vraiment quoi faire). Il a ensuite fait monter des filles du public sur scène (sacré chuck!!!). Elles ont pu danser et chanter. La grande classe, être à côté de la légende du rock.

Ça se finit comme ça. Papy est fatigué et tenir une heure comme il l'a fait a été tout à fait fait merveilleux pour nous spectateurs.

Je n'en suis pas à mon premier concert mais il marque le respect tant par sa performance vocale que par son jeu de scène qui à 82 ans est loin d'être ridicule. Les quelques moments de solitudes seraient bien sûr impardonnable pour un artiste de 30 ans mais pas pour Berry qui à le mérite de tout donner pendant son set d'une heure.
Une ambiance dans le public d'enfer.

Je tire donc mon chapeau à Norig pour son excellente première partie, au public pour nous montrer que le rock est plus dans l'âme et le cœur que dans les fringues et à Chuck Berry d'avoir autant donné et nous avoir fait rêvé pendant une heure. Que ta route soit encore longue, l'Artiste !

12 commentaires:

Jenny a dit…

Bonjour,

J'étais aussi au concert hier soir, et j'apprécie votre article comme souvenir de cette soirée.

La petite fille dans les bras de Chuck sur le dernier morceau est ma fille.

J'étais bien triste de ne pas avoir pu prendre des photos ou vidéo...

Est-ce que vous avez pu capturer ce moment?

Si oui, je serais très reconnaissant de les avoir.

Merci de me répondre au:
jennydoudous@noos.fr

Encore merci,

Jenny

Geant_vert a dit…

Bonjour,
Merci à vous pour votre message.
Je me souviens de cette petite fille qui a pu approcher la Légende. Malheureusement, la vidéo m'a pris ce qu'il me restait sur ma carte mémoire. J'espère dans tous les cas que votre fille a pu avoir un autographe.
Guitaristiquement,
Géant_Vert

cocole a dit…

ah quand même! il a du punch !
bel article!

alain a dit…

Bonjour, Billet superbe sur le concert de Chuck Berry,spectacle que j'aurai bien voulu voir. J'ai eu beaucoup de plaisir à lire l'article. Je reviendrais pour les autres notes. Dans mes favoris immédiatement...

Geant_Vert a dit…

Merci à toutes et à tous. Je suis un simple bloggeur débutant accouchant mes sentiments du concert d'hier soir. J'espère comme le bon vin m'améliorer avec le temps. Mes premiers billets ne sont peut être pas aussi bons. J'attends bien sûr votre avis.
Guitaristiquement.
Geant_vert

PS : vos messages me poussent donc à continuer à écrire.

Anonyme a dit…

Le second guitariste s'appelle Charles Berry. C'est le fils de Chuck Berry. Juste une chose : bravo d'écrire sur le rock, mais attention aux fautes d'orthographe... ;)

cocole a dit…

tien encore un casse-pieds qui se la pète avec l'orthographe, pfff, c'est pénible! en plus anonyme, la grande classe! lol

BABYLONEZOO a dit…

Merci pour le passage et le commentaire

onie a dit…

Bonjour,
D'abord bravo pour le blog!
Ensuite, merci pour la video de Chuck, j'ai malheureusement loupé le concert à l'Olympia.
En revanche mes parents y sont allés et ont littéralement adoré, et il aimeraient beaucoup pouvoir conserver votre petite video: Auriez vous la gentillesse de me l'envoyer par mail? (helene_fourmont@hotmail.com).
Un grand merci d'avance

Geant_vert a dit…

Bonjour et merci à vous,
Pour gagner de la place sur mon disque je ne garde pas les vidéos. Il y a un moyen très simple de la récupérer : télécharger real player 11 (http://www.clubic.com/telecharger-fiche182262-realplayer.html). Une fois Real player 11 installé, vous avez la possibilité d'enregistrer sur votre disque toutes les vidéos disponible sur le web. Il vous suffira de retourner sur ma page, lancer la vidéo, une fenêtre bleu au dessus de la video va indiquer "télécharger", cliquez dessus et le tour est joué.
Bonne journée

Anonyme a dit…

Cocole, c'est coconne qu'il faudrait t'appeler ma pauvre. Excuse-moi de ne pas être béat d'admiration pour un article sympathique mais qui fait l'économie du jugement critique, d'un minimum de documentation (pour savoir que c'était Charles Berry à la guitare, il suffisait d'être au concert puisqu'ils l'ont dit) et des règles élémentaires de français. Libre à toi de croire que parler correctement c'est "se la péter", bel exemple de satisfaction de soi dans la médiocrité.

PS : je suis anonyme pour des questions pratiques. Par ailleurs, Cocole, c'est ton vrai nom ? Et si tu veux savoir, je m'appelle Emmanuel, ça change tout pas vrai ?

Anonyme a dit…

Dommage de lire tant de violence dans les commentaires.
Je ne crois pas que l'objectif du blog soit à tout prix de critiquer ni d'être pro.
Un peu de tolérance ferait vraiment du bien.